Speaker: 
Petri KOKKONEN
Date: 
Tue, 11/27/2012 -
10:00 to 12:30
Lieu: 
Supélec, Amphi. C2
Résumé/Abstract: 
Nous étudions la commandabilité du système de contrôle décrivant le procédé de roulement, sans glissement ni pivotement, de deux variétés riemanniennes n-dimensionnelles, l’une sur l’autre. Ce modèle est étroitement associé aux concepts de développement et d’holonomie des variétés, et il se généralise au cas de deux variétés affines. Les contributions principales sont celles données dans quatre articles, attachés à la fin de la thèse.

Membres du jury:


Yacine CHITOUR     Professeur, Université Paris-Sud     Directeur de thèse
Markku NIHTILÄ     Professeur, University of Eastern Finland, Kuopio     Directeur de thèse
Pierre PANSU     Professeur, Université Paris-Sud     Président du jury
Andrei AGRACHEV     Professeur, SISSA, Trieste, Italie     Rapporteur
Irina MARKINA     Professeur, UiB, Bergen, Norvège     Rapporteur
Frédéric JEAN     Professeur, ENSTA ParisTech     Examinateur
Kirsi PELTONEN     Docent, Aalto University, Finlande     Examinateur
Jouko TERVO     Docent, UEF, Kuopio, Finlande     Examinateur
Knut HÜPER     Professeur, JMUW, Würzburg, Allemagne     Membre invité

Nous étudions la commandabilité du système de contrôle décrivant le procédé de roulement, sans glissement ni pivotement, de deux variétés riemanniennes n-dimensionnelles, l’une sur l’autre. Ce modèle est étroitement associé aux concepts de développement et d’holonomie des variétés, et il se généralise au cas de deux variétés affines. Les contributions principales sont celles données dans quatre articles, attachés à la fin de la thèse. 
Le premier d’entre eux « Rolling manifolds and Controllability : the 3D case » traite le cas où les deux variétés sont 3-dimensionelles. Nous donnons alors, la liste des cas possibles pour lesquelles le système n’est pas commandable.
Dans le deuxième papier « Rolling manifolds on space forms », l’une des deux variétés est supposée être de courbure constante. On peut alors réduire l’étude de commandabilité à l’étude du groupe d’holonomie d’une certaine connexion vectorielle et on démontre, par exemple, que si la variété à courbure constante est une sphère n-dimensionelle et si ce groupe de l’holonomie n’agit pas transitivement, alors l’autre variété est en fait isométrique à la sphère.
Le troisième article « A Characterization of Isometries between Riemannian Manifolds by using Development along Geodesic Triangles » décrit, en utilisant le procédé de roulement (ou développement) le long des lacets, une version alternative du théorème de Cartan-Ambrose-Hicks, qui caractérise, entre autres, les isométries riemanniennes. Plus précisément, on prouve que si on part d’une certaine orientation initiale, et si on ne roule que le long des lacets basés au point initial (associé à cette orientation), alors les deux variétés sont isométriques si (et seulement si) les chemins tracés par le procédé de roulement sur l’autre variété, sont tous des lacets.
Finalement, le quatrième article « Rolling Manifolds without Spinning » étudie le procédé de roulement et sa commandabilité dans le cas où l’on ne peut pas pivoter. On caractérise alors les structures de toutes les orbites possibles en termes des groupes d’holonomie des variétés en question. On montre aussi qu’il n’existe aucune structure de fibré principal sur l’espace d’état tel que la distribution associée à ce modèle devienne une distribution principale, ce qui est à comparer notamment aux résultats du deuxième article. Par ailleurs, dans la troisième partie de cette thèse, nous construisons soigneusement le modèle de roulement dans le cadre plus général des variétés affines, ainsi que dans celui des variétés riemanniennes de dimension différentes.