Speaker: 
Najett NEJI
Date: 
Mon, 12/12/2011 -
14:00 to 15:30
Lieu: 
Amphi Janet - Supélec
Résumé/Abstract: 
Étude de la Compatibilité Radioélectrique du Futur Système de Communication Aéronautique en Bande L"

 

Membres du Jury
 
 
M. Eric ALLAIX Direction Générale de l’Aviation Civile  Chef de pôle (examinateur)
M. Alain AZOULAY SUPÉLEC  Professeur (directeur de thèse)
M. Pierre DEGAUQUE Université de Lille 1 Professeur (rapporteur)
M. Raul DE LACERDA SUPÉLEC Enseignant-chercheur (encadrant)
M. Marc HELIER Université Pierre et Marie Curie Professeur (rapporteur)
M. Thierry LETERTRE SUPÉLEC Enseignant-chercheur (invité)
Mme Françoise PALADIAN Université Blaise Pascal Professeur (examinatrice) 
M. Lionel PICHON Laboratoire LGEP CNRS-SUPÉLEC Directeur de recherche (examinateur)
M. Olivier OUTTIER Direction Générale de l’Aviation Civile  Ingénieur (invité)
M. Adroaldo RAIZER Université Fédérale de Santa Catarina Professeur (invité)
 
 
Au début des années 2000, les instances aéronautiques ont exprimé le besoin de développer un nouveau système de radiocommunication aéronautique du fait de l'augmentation du trafic aérien et de la saturation croissante des capacités de communication radio entre les aéronefs et les stations de contrôle aérien. L'une des composantes de ce système, nommée L-DACS (« L-band Digital Aeronautical Communication System »), devrait opérer dans la bande L-aéronautique (960-1164 MHz), dans laquelle fonctionnent également de nombreux autres systèmes radioélectriques. La compatibilité radioélectrique (CRE) de L-DACS avec ces systèmes est un des facteurs principaux à prendre en considération dans le développement d'un tel système.
 
L'objectif principal de cette thèse est d'identifier les principaux problèmes reliés à la CRE et d'en étudier les cas critiques. Ces travaux sont fondamentaux en aéronautique, puisque tout dysfonctionnement dans la communication ou dans les systèmes de radionavigation peut mettre en danger la sécurité du vol. Les conclusions de cette thèse contribueront à la normalisation du système L-DACS et à la finalisation de ses spécifications.
 
Dans une première étape, on étudie l'état de l'art dans les communications aéronautiques et en CRE. On analyse en particulier les dernières spécifications des deux systèmes candidats L-DACS. Ensuite, on propose un algorithme de calcul de brouillage dans le but d'étudier la CRE dans le domaine fréquentiel, d'en identifier et d'en traiter les cas critiques. L'analyse fréquentielle étant insuffisante dans plusieurs cas, on propose alors une approche temporelle d'étude de CRE. Après en avoir présenté les avantages, on présente un exemple d'étude de l'effet d'un système L-DACS sur un récepteur DME (« Distance Measuring Equipment ») à l'aide d'un banc de test CRE aéronautique.
 
Cette thèse a été réalisée en collaboration avec la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC), qui est un acteur principal pour la réglementation des communications et un affectataire de fréquence pour le spectre aéronautique en France. La thèse contribue aux études menées par la DGAC à l'échelle nationale et internationale.
 
Dans les perspectives, on propose la poursuite de cette étude par une approche temporelle plus générale pour étudier la CRE entre des systèmes radioélectriques quelconques en tenant compte de paramètres supplémentaires liés à la dynamique des systèmes et aux propriétés de leurs technologies.